Quatre visions pour l'avenir de l'église Saint-Thomas

ProjetsPlusieurs citoyens se sont rendus à l'hôtel de ville de Pierreville, le 17 août dernier.

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  — Devant une salle bondée, le 17 août dernier, le conseil municipal de Pierreville a entendu les propositions de quatre promoteurs qui ont répondu à l'appel de projets pour l'église Saint-Thomas, afin de valoriser le site et développer le secteur.

Dès l'ouverture de l'assemblée, le maire André Descôteaux a demandé que la présentation des projets soit ajoutée à l'ordre du jour de la séance régulière, puisqu'il n'y figurait pas. « Depuis neuf ans comme maire de la Municipalité, c'est l'assemblée la plus nombreuse que j'ai eu à présider », a-t-il ajouté. Le maire a ensuite expliqué que les enveloppes reçues, contenant les documents relatifs à chaque projet, avaient été préalablement ouvertes à l'hôtel de ville, le 12 août dernier.

Les promoteurs ont été ensuite invités à tour de rôle à faire une présentation de cinq minutes devant le conseil et le public. M. Descôteaux a précisé qu'il était également président du conseil d'administration de la Coopérative de solidarité de santé Shooner et Jauvin, un organisme qui parraine un des projets. Le maire s'est retiré de la table du conseil.

QUATRE PROJETS
Première à prendre la parole, Louise Champagne s'est présentée à titre de conseillère et gestionnaire en développement des affaires, en communication et marketing. Avec son projet, l'église serait rebaptisée Place des navigateurs, faisant référence à la dénomination attribuée à une portion de la route 132. L'artiste Peter Gnass a proposé de faire de l'église un centre multidisciplinaire pour la culture et les loisirs. Géré par un organisme à but non lucratif, le centre en question serait consacré aux arts visuels, à la musique, l'expression corporelle et l'écriture, entre autres. Linda Beauchesne, une entrepreneure, a suggéré que le bâtiment actuel soit démoli pour faire place à un immeuble à l'architecture victorienne. Des locaux commerciaux y seraient installés, tandis qu'à l'extérieur, un kiosque de même qu'un jardin seraient aménagés. Françoise K. Lacasse, coordonnatrice générale à la Coopérative de solidarité de santé Shooner & Jauvin, a proposé de construire une nouvelle clinique médicale, plus spacieuse, pour permettre notamment la venue de nouveaux médecins. Mme Lacasse a présenté deux alternatives. L'une permettrait de conserver l'église Saint-Thomas, d'en réaménager l'intérieur et d'y ajouter une annexe. L'autre consisterait à démolir l'édifice actuel et à construire un nouvel immeuble. Le coût estimé varie de 2,5 à 4 millions de dollars, en fonction de l'alternative qui sera finalement retenue.

» TOUTES LES NOUVELLES
LA TRIBUNE LIBRE

Du respect s.v.p.

Par Jean-Christophe Proulx,
Conseiller municipal, Pierreville

Propriétaires motivés : village motivant !
Pour avoir fait différents voyages à travers le Canada et le Québec, je me suis vite rendu compte que la survie, l'attractivité et le développement des petits et moyens villages passe par la restauration et la rénovation de ces vielles bâtisses (maisons, garages, monuments, granges, commerces, etc). Avec toutes ces démolitions, pas étonnant de ne plus reconnaître son village car elles sont l'identité de celui-ci. Ceux qui pensent le contraire sont souvent obnubilés par l'absence d'intérêt, de vision ou de connaissance en ce domaine.

« Une maison c'est comme un humain, quelquefois solide, quelquefois plus fragile, vulnérable, quelquefois debout à un âge vénérable. Certaines sont en péril; elles ont besoin d'amour et de soins. » – Francine Chassé, revue La Lucarne, APMAQ

Étant moi-même en plein travaux de restauration (maison de 1940) à Pierreville, je connais ce domaine qui s'est transformé en passion. Oui, il peut y avoir des mauvaises surprises, mais les bonnes viennent compenser et dépasser les mauvaises, si bien qu'on oublie les éléments négatifs. Les détails apparaissent petit à petit, le résultat final promet d'être magnifique.

Je pense que c'est une manière d'être écologiquement responsable que de restaurer, remettre en état et revaloriser son habitation et par le fait même, son quartier.

Actualités : Une de gagnée, une de perdue
Félicitations pour la restauration de la chapelle funéraire (1921) de Baie-du-Febvre. C'est un travail de plusieurs années mais un joyau et une fierté pour l'avenir.

Quelle désolation de voir la Maison Leduc (1890) de Ste-Victoire-de-Sorel tomber sous les pics des démolisseurs ; quelle tristesse d'entendre l'escalier craquer pour une dernière fois... décision prise malgré l'engagement d'un comité de sauvegarde.

Qui peut s'imaginer construire une maison sans électricité et sans eau courante; pourtant nos ancêtres ont fait cet exploit !

On ne pourra pas toutes les sauver, mais on doit faire le maximum chaque jour, car la sauvegarde c'est l'affaire de TOUS ET CHACUN.

» TOUS LES TEXTES D'OPINION
SOCIÉTÉ

Pierreville : La Coop de santé a besoin de locaux plus grands

LacasseFrançoise K. Lacasse, coordonnatrice générale.

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  —  La Coopérative de solidarité de santé Shooner & Jauvin est à l'étroit dans ses locaux actuels. Si elle devait accueillir un ou plusieurs nouveaux médecins, elle n'aurait pas l'espace suffisant pour le faire.

Ses responsables envisagent de déménager l'organisme dans des bureaux plus spacieux. Et le constat ne date pas d'hier. Lors de l'assemblée générale de la Coopérative, le 18 mars dernier, on annonçait déjà que les locaux actuels ne suffisaient plus, que ce soit pour accueillir de nouveaux médecins ou du personnel supplémentaire. Quatre médecins omnipraticiens pratiquent à cet endroit, en plus du personnel infirmier, du secrétariat et de l'administration.

« Actuellement, tous les locaux sont occupés. Si nous voulons accueillir un nouveau professionnel, nous n'avons plus de place », réitère Françoise K. Lacasse, coordonnatrice générale à la Coopérative, lors d'un entretien téléphonique. « S'il n'y a pas de terrain ou d'immeuble disponible à Pierreville, nous allons nous relocaliser ailleurs. Nous n'avons pas le choix. »

Rappelons que la Coopérative occupe un immeuble situé sur la rue Georges, à Pierreville, qu'elle partage avec une pharmacie et un magasin de détail. La Coopérative est notamment soutenue par huit municipalités, dont Pierreville, St-François-du-Lac, St-Elphège et Baie-du-Febvre, ainsi que par la communauté d'Odanak.

PROJET
Mme Lacasse a présenté un projet pour la Coopérative devant le conseil municipal de Pierreville, le 17 août dernier. La Coop propose d'occuper le terrain de l'église Saint-Thomas, soit pour remplacer l'édifice actuel par la construction d'une nouvelle clinique médicale, soit pour réaménager l'intérieur du bâtiment existant et y ajouter une annexe.

« D'autres médecins veulent se joindre à nous », assure la coordonnatrice générale. Depuis quelques mois, Mme Lacasse a multiplié les interventions dans différentes universités. Lors des journées carrières, elle a fait valoir les avantages, tant de la région que de la coopérative, pour attirer de futurs médecins.

« Il y a quatorze jeunes qui ont démontré un intérêt suffisamment important pour notre formule de Coopérative. Quatre jeunes médecins viennent visiter. Notre projet est assez urgent », dit la coordonnatrice.

« Nous avons déjà fait nos preuves. Nous sommes devenus une Coopérative en 2009. Depuis ce temps-là, nous travaillons pour accroître l'offre de services et nous réussissons », conclut-elle.

» TOUTES LES NOUVELLES
SPORTS

Une expérience enrichissante

L'Express connaît un tournoi difficile au Championnat canadien junior de balle rapide.

Balle rapideAlexandre Lemieux a été nommé sur la première équipe d'étoile, à titre de meilleur deuxième but au Canada.

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  —  L'Express de St-Léonard-d'Aston n'aura pas eu la vie facile au Championnat canadien junior de balle rapide U-21. La formation qui représentait le Québec participait à cette compétition des plus relevées, qui a eu lieu à Napanee, en Ontario, du 10 au 16 août dernier.

Pour les joueurs de l'Express, le malheur a frappé tôt dans le tournoi, comme en témoigne Jean-Yves Doucet, l'un des entraineurs. « Dès le premier match, Samuel Desmarais, joueur clé de l'Express à la position d'arrêt-court a reçu une balle en plein visage ce qui a nécessité 4 points de suture et qui a affecté grandement sa performance », explique-t-il.

L'équipe de Saint-Léonard-d'Aston a signé deux victoires d'affilée en début de campagne, avant de s'incliner devant l'adversaire à chacune de ses six sorties suivantes. Mais tout n'étaient pas perdu pour les hommes de Michel Leclair et Jean-Yves Doucet. Pour accéder au sixième rang et participer aux séries, l'Express devait disputer deux parties en bris d'égalité. La formation de Saint-Léonard-d'Aston a relevé le défi. Elle a disposé de leurs rivaux de Terre-Neuve 9 à 4. L'Express a ensuite écrasé les Bullets de Saskatoon par la marque de 19-7.

Malgré tout, les joueurs de québécois ont raté de peu la troisième marche du podium. « En séries l'Express devait affronter la formation de Napanee et la foule de mille personnes venues les encourager. Menant 6-2 en sixième manche, l'Express a vu la formation ontarienne niveler le compte 6-6. L'Express, loin d'abandonner, a marqué trois fois pour porter le compte 9-6 », commente Jean-Yves Doucet. « Profitant de deux erreurs des Québécois, les Ontariens ont finalement remporté le match in extrémis 10-9. »

Au terme du Championnat, le joueur de deuxième but de l'Express, Alexandre Lemieux a été nommé sur la première équipe d'étoile, à titre de meilleur deuxième but au Canada. Il a conservé une moyenne au bâton de .409 en plus d'exceller à sa position défensive.

« Ce fut une expérience très enrichissante pour ces jeunes qui pour la plupart, seront de retour pour la prochaine année dans la catégorie junior », conclut Jean-Yves Doucet.

» TOUTES LES NOUVELLES