Une expérience hors de l'ordinaire

Samuel DubucSamuel Dubuc se démarque par son implication et son engagement. Par exemple, il avait fait partie Camp Jeunes entrepreneurs en 2011 pour la SADC Nicolet-Bécancour. Cet été, il va s'envoler pour la Chine dans le cadre d'une mission économique parrainée par Global Vision.

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  — Samuel Dubuc, un étudiant de Nicolet âgé de 17 ans, fait partie d'une délégation de quarante jeunes leaders canadiens qui participeront à une mission économique en Chine, à partir du 30 juillet jusqu'au 15 août 2015.

Samuel représentera notamment les organismes et les entreprises des régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie, dans le cadre de l'initiative Équipe Canada Junior parrainée par Global Vision. Cet organisme à but non lucratif invite les jeunes Canadiens de 16 à 25 ans à développer leurs aptitudes entrepreneuriales, en leur faisant vivre des expériences enrichissantes sur le plan international. À ce jour, Équipe Canada Junior a participé à différentes missions dans plus de 35 pays différents.

Samuel et les autres jeunes leaders ont d'ailleurs été sélectionnés parmi des centaines de participants éligibles qui faisaient partie de la campagne nationale de sensibilisation et de recrutement de Global Vision.

Pendant leur séjour en Chine, Samuel et ses collègues vont oeuvrer à l'établissement de relations d'affaires entre les gouvernements, les entreprises, les communautés ainsi que les organisations culturelles canadiennes et chinoises.

Il s'occupera notamment d'obtenir des informations, de faire des recherche sur place, de développer contacts et des connections dans le marché chinois pour le bénéfice de partenaires d'affaires dans la grande région nicolétaine, entre autres.

« Je suis fier de représenter la région et le pays pendant notre mission en Chine », explique Samuel Dubuc.

Il assure que l'expérience acquise lui sera utile dans la réalisation de ses projets futurs. « Le commerce mondial, les affaires, la finance; ce sont des disciplines qui me passionnent. » Samuel étudie présentement au Champlain à Saint-Lambert et s'applique à parfaire l'apprentissage de l'anglais. « Un des défis que j'aimerais relever serait d'aller étudier l'économie et la finance à l'Université de Harvard », confie-t-il.

Les gens d'affaires de la région qui sont intéressés à être représentés par Samuel Dubuc, dans le cadre de la mission économique d'Équipe Canada Junior en Chine, peuvent communiquer avec lui par courriel, en lui écrivant à l'adresse suivante : samuel_dubuc@outlook.com

» TOUTES LES NOUVELLES
ÉCONOMIE

Stratégie maritime et développement pour la région

Maurice Richard estime que le parc industriel et portuaire de Bécancour occupe un créneau enviable.

Maurice RichardMaurice Richard, président et directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. [PHOTO F.B.]

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  — Pour le président et directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, la Stratégie maritime annoncée par le gouvernement de Philippe Couillard est prometteuse pour le développement économique des régions riveraines.

« C'est un bon geste au départ. C'est intéressant qu'on n'investisse pas seulement dans les autoroutes mais qu'on s'apprête à le faire aussi pour une voie navigable aussi importante qu'est le fleuve Saint-Laurent », explique M. Richard, lors d'un entretien téléphonique. « Le transport par bateau dégage le transport routier et le transport ferroviaire. L'annonce de la Stratégie maritime est prometteuse pour plusieurs domaines comme le développement des industries qui se concentrent sur l'énergie », poursuit-il.

Selon le président et directeur général, les responsables des administrations portuaires, le long du Saint-Laurent, ont avantage à tirer parti de la réflexion exprimée dans le projet de Stratégie maritime.

Le parc industriel et portuaire de Bécancour regroupe notamment une douzaine d'entreprises industrielles importantes ainsi que plusieurs entreprises de service.

STRATÉGIE MARITIME
Rappelons que le premier ministre Philippe Couillard a lancé la Stratégie maritime, le 29 juin dernier. D'ici les quinze prochaines années, cette initiative générera des investissements privés et publics de l'ordre de 9 milliards de dollars, stimulera la croissance des exportations et importations en plus de créer 30 000 nouveaux emplois d'ici 2030, estime M. Couillard.

« La création de pôles logistiques et le développement de zones industrialo-portuaires feront du Québec un partenaire incontournable pour les entreprises qui souhaitent s'établir au Québec, notamment aux abords du Saint-Laurent. En choisissant le Québec, elles pourront s'intégrer à un processus logistique performant, compléter leur chaîne de production ici même et profiter des avantages concurrentiels que procure la Stratégie maritime pour accroître le rendement d'une entreprise », a poursuivi Philippe Couillard.

» TOUTES LES NOUVELLES
SPORTS

Une route sans fin

Une activité qui représente plus qu'un long parcours en vélo pour des jeunes en difficulté.

Une route sans finNathalie Garon, directrice du programme Jeunesse-famille du CIUSSS MCQ et Stéphan Généreux, membre du comité organisateur et chef de service.

PAR FRANÇOIS BEAUDREAU  — Plus de cent trente participants des régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie ont enfourché leur bicyclette, le 5 juin dernier, pour prendre part au défi « Une route sans fin » pour inviter les jeunes qui bénéficient des services des centres jeunesse à se dépasser.

Les participants réunissaient des jeunes en difficulté et des intervenants. Ils sont partis de Bécancour en matinée pour se rendre jusqu'à Drummondville en après-midi, soit un parcours totalisant 83 kilomètres. Toutefois, les organisateurs avaient également prévu des trajets moins longs pour accommoder les participants plus jeunes.

Le groupe de cyclistes a fait un arrêt à Pierreville pour la pause du dîner, au Centre communautaire. C'est là que nous avons rencontré Nathalie Garon, directrice du programme Jeunesse-famille du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, le CIUSSS MCQ.

« C'est important de croire en notre jeunesse comme c'est important que les jeunes croient en eux. Le défi « Une route sans fin » existe depuis onze ans pour amener les jeunes à développer leur confiance et à se remettre en forme », explique Mme Garon.

À travers le Québec, plus de mille jeunes cyclistes, qui ont vécu des problématiques nécessitant l'intervention du Directeur de la protection de la jeunesse, ont accepté de relever ce défi.

« L'effort, la pluie, le froid, tout cela fait partie du défi que les jeunes relèvent pour se surpasser », poursuit Mme Garon.

Pour ces jeunes qui ont un lourd passé, le défi représente plus qu'une activité de vélo; il est synonyme de réussite, persévérance, confiance et de saines habitudes de vie.

» TOUTES LES NOUVELLES