L'annonceur

POLITIQUE

Bureaucratie et dépassements de coûts

La Coalition avenir Québec dénonce un dysfonctionnement généralisé à la Société des traversiers du Québec.

Par François Beaudreau [06/04/2017]

La Société des traversiers du Québec croule sous la bureaucratie et les dépassements de coûts, constate la Coalition avenir Québec. Selon les chiffres compilés par la formation politique, celle-ci en vient à la conclusion qu'il y a un dysfonctionnement généralisé au sein de la société d'État.

« Le gouvernement libéral a perdu le contrôle de la Société des traversiers du Québec. Résumons le bilan libéral : moins de passagers sur les bateaux, plus de fonctionnaires dans les bureaux ! Bref, les libéraux sont en train de couler la STQ. Il n'est pas étonnant de voir les utilisateurs tourner le dos aux traversiers », dénonce Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de stratégie maritime.

Il mentionne que le nombre d'employés dans les bureaux administratifs a bondi de 17%, de 2013 à 2016, tandis que les revenus n'ont augmenté que de 8% pendant cette même période. « Or, 80% de ces revenus ont été possibles grâce à l'aide des « subventions d'opération du gouvernement. »

De plus, la Coalition avenir Québec souligne que la Société des traversiers du Québec a fortement haussé le tarif, faisant fuir les utilisateurs. On remarque ainsi une diminution de 13% du nombre de passagers empruntant les traversiers 15% moins de véhicules, de 2013 à 2016.

Par ailleurs, de 2014 à 2015, les dépassements de coûts pour les travaux sur les quais ont explosé, passant de 40 à 125 millions de dollars. De plus, s'inquiète le député, les 2 nouveaux traversiers de Tadoussac, qui accusent déjà 2 ans de retard, risquent eux aussi de connaître des dépassements de coûts de 40 millions de dollars.

Dans le cadre des débats de la Commission des transports et de l'environnement, le 3 avril dernier, le député s'en est pris au ministre des Transports.

« Ce matin encore, Laurent Lessard est incapable de nous dire combien coûteront les nouveaux navires et, surtout, quand ils seront livrés. Tout cela démontre bien l'ampleur de l'incompétence qui règne à la Société des traversiers du Québec et au gouvernement libéral. Le gouvernement Couillard doit demander un examen de la Vérificatrice générale au plus vite », réclame Donald Martel.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS