L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

Notre santé ...

Chacun et chacune de nous sommes concernés par ce qui se passe.

Par René Boucher [11/08/2017]

Quand on a connu des soins médicaux importants à la maison dans sa petite enfance et qu'on essaie de comprendre ce qui se passe maintenant, la première question qui me vient n'est pas pour moi mais pour tous ceux et celles qui me suivent.

J'aime trop mon monde pour ne pas trouver que ce qui se passe est très regrettable. De plus, il est nécessaire d'ajouter plusieurs autres villages autour de nous qui ont aussi à composer avec ce besoin essentiel.

Le temps où les médecins avaient leur bureau dans leur maison et écouter ce que l'on dit ces temps-ci, on réalise avec beaucoup d'étonnement qu'un des éléments essentiels aux nécessités vitales de notre communauté est actuellement en danger. La présence de médecins dans notre coin de pays a toujours existé. Le Bas-St-François a toujours été capable de conserver chez-lui ces professionnels de la santé. Allons-nous laisser l'odieux de l'effritement des soins médicaux à ceux et celles qui nous suivent en leur disant que dorénavant ça prend un bon char pis du temps en masse pour se faire soigner ? Tout le monde connaît la maladie même le bébé, si jamais le pire arrive, il est probable que ce service gouvernemental ne réapparaîtra pas de sitôt.

Il est important de se rappeler que toute la population désire que des médecins puissent pratiquer ici dans les meilleures conditions possibles. Il ne faut pas que le départ de nos docteurs fasse partie de notre histoire.

On aura vieilli en gang, on va partir en gang mais les jeunes n'ont pas à souffrir de notre incapacité à régler le problème. Chacun et chacune de nous sommes concernés par ce qui se passe. Faudrait aller de l'avant, pas le contraire.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS