L'annonceur

POLITIQUE

Rebrancher le système de santé sur les priorités locales

Les élus de la grande région soreloise plaident pour le retour d'une direction locale pour les services de santé.

Par François Beaudreau [24/03/2018]

Réunis au sein du Comité de liaison en santé de la MRC de Pierre-De Saurel, des élus et des intervenants de la grande région soreloise réclament du gouvernement du Québec le retour d'une direction permanente à l'Hôtel-Dieu-de-Sorel et la récupération de tous les pouvoirs locaux qui ont été retirés dans le cadre de la restructuration récemment mise en place pour les services de santé.

Selon le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, une gouvernance locale en matière de santé dans la région est un besoin pressant.

« On sait que la centralisation des directions locales dans le CIUSSS explique une grande partie des problèmes vécus par le personnel infirmier dans un grand nombre d'hôpitaux au Québec », illustre le préfet. « La centralisation a des effets néfastes chez nous. Tous ces déplacements qu'on impose aux gestionnaires, aux médecins et aux malades, c'est aussi difficile qu'improductif. »

Le député de Richelieu à l'Assemblée nationale, Sylvain Rochon, insiste sur l'importance de retrouver la capacité d'agir sur les soins de santé et les services sociaux dispensés dans la région.

« Notre réseau local, il souffre de l'absence d'une direction locale que la restructuration lui a fait perdre », affirme le député. « Tant que l'Hôtel-Dieu demeurera une simple installation, dirigée à distance, l'aspect administratif prendra le pas sur l'aspect humain, tant pour le personnel que pour les malades » souligne-t-il. Sylvain Rochon invite les citoyens intéressés à appuyer une pétition à cet effet, présentement en ligne sur le site Internet de l'Assemblée nationale.

Pour le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, il est important que la région s'exprime d'une seule et même voix pour que le message soit entendu et que des actions soient prises.

« Lorsque les services sont éloignés, comme c'est le cas pour le centre de réadaptation, la clientèle ciblée en souffre directement. Les transports exigés pour les usagers malades ou handicapés rendent ces services presque inaccessibles », mentionne le maire.

« Le message est clair: il faut réformer la réforme. Il faut corriger ce qui ne va plus », conclut-il.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS