L'annonceur

POLITIQUE

En mode consultation

Après Alain Rayes, à Sorel-Tracy en mars dernier, c'est au tour de Gérard Deltell de sillonner le comté de Bécancour-Nicolet-Saurel.

DeltellSerge Fontaine, président de l'association du Parti conservateur du comté et le député Gérard Deltell.
PHOTO FRANÇOIS BEAUDREAU

Par François Beaudreau [07/06/2018]

Le député Conservateur Gérard Deltell a fait plusieurs arrêts dans la région, le 1er juin dernier, dans le cadre d'une tournée pour faire le plein d'idées, afin d'étoffer le programme électoral de son parti, en vue du prochain rendez-vous électoral fédéral.

D'abord à Sorel-Tracy, où il a rencontré des représentants de la Chambre de commerce, il s'est ensuite rendu à Nicolet, où nous l'avons rencontré, avant de reprendre la route pour Bécancour.

« Les Québécois sont de plus en plus curieux quant à notre offre politique. Nous voulons partager la vision réaliste, responsable et sérieuse que nous autres, les Conservateurs, on propose. »

M. Deltell s'oppose notamment aux mesures protectionnistes, imposées récemment par nos voisins du sud, sur l'aluminium et l'acier. Il dénonce également la lourdeur de l'appareil d'État sur le commerce et l'industrie. « Nos entreprises ne sont plus compétitives, en raison de la lourdeur des charges que le ministre Morneau envoie à nos entreprises, tandis qu'aux États-Unis, nos partenaires, comme nos compétiteurs, ont beaucoup moins de charges administratives. »

Au sujet de l'agriculture, dans la foulée du congrès au leadership des Conservateurs, l'année dernière, la question de la gestion de l'offre avait suscité un débat. « Les membres ont tranché. Nous sommes en faveur de la gestion de l'offre et on défend la gestion de l'offre. Nous l'avons toujours fait quand nous étions au gouvernement et on va continuer à le faire », réaffirme Gérard Deltell.

« Si jamais il y avait des brèches, comme il y a eu sous notre administration, il y a des compensations », précise-t-il, rappelant les accords commerciaux Asie-Pacifique et avec l'Union européenne. « Quand nous étions au gouvernement, nous avions prévu des compensations, ce qui tarde présentement avec les Libéraux, qui ont fait des brèches dans le système de gestion de l'offre mais sans offrir de compensations, ce qui nous préoccupe. »

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS