L'annonceur

RÉGIONAL

Sirop d'érable : des écarts de productivité en 2018

Malgré un rendement faible, comparé aux dernières années, certaines régions tirent leur épingle du jeu.

Par François Beaudreau [12/06/2018]

Si la saison des sucres a été plutôt faible dans l'ensemble, pour les producteurs acéricoles des régions acéricoles du Centre-du-Québec et de la Montérégie, 2018 aura été très bonne, voire excellente. La Fédération des producteurs acéricoles du Québec a publié, le 4 juin dernier, le bilan de la récolte de sirop d'érable au Québec.

Pour la région Centre-du-Québec, la production totale en 2018 est de 13,9 millions de livres de sirop d'érable, comparativement à 14,6 millions de livres l'année précédente. La région compte 756 entreprises en production, soit 19 de plus que pour l'année précédente. Le rendement par entaille, le deuxième meilleur au Québec, est de 3,4 livres par entaille.

En Montérégie, les acériculteurs ont produit 12,6 millions de livres de sirop en 2018, en comparaison à 10,6 millions de livres en 2017. En termes de rendement, cette région arrive première, avec 4,09 livres par entaille. Le territoire de la Montérégie regroupe 527 entreprises productrices. L'année précédente, elles étaient au nombre de 506.

Cependant, dans l'est de la province, les producteurs ont dû composer avec un cocktail météo défavorable. « Le printemps tardif, les températures froides que nous avons connues et de grandes quantités de neige ont causé cette réalité », note-t-on à la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Pour l'ensemble du territoire québécois, le rendement est qualifié de faible, avec un résultat de 2,52 livres en moyenne par entaille. « Malgré les 2,5 millions d'entailles ajoutées au cours des dernières années, la Québec a produit 34 millions de livres en moins que l'an dernier, une année qualifiée excellente. » En 2018, les 13 700 acériculteurs du Québec ont donc réussi à récolter 118 millions de livres de sirop d'érable. « Une très grande proportion de cette production, soit 89 %, est destinée à la vente en vrac. La différence sera écoulée sur le marché du détail. » En comparaison, en 2017, une année record, les acériculteurs québécois avaient produit 152,2 millions de livres.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES