L'annonceur

RÉGIONAL

On fait une étonnante découverte dans sa cour

Des travaux d'excavation sur une propriété privée de Pierreville permettent de dégager un monument funéraire.

ChampagnePaul Shooner de la Société historique de la région de Pierreville, Richard Laforce, entrepreneur et Louise Champagne, propriétaire.
PHOTO FRANÇOIS BEAUDREAU

Par François Beaudreau [26/06/2019]

Une citoyenne de Pierreville fait une étonnante découverte sur sa propriété pendant des travaux de rénovation, le 4 juin dernier. Une pierre tombale, enchâssée dans une dalle de béton, est déterrée dans sa cour.

Louise Champagne, propriétaire d'une demeure dans le village de Pierreville, fait appel à Richard Laforce, un entrepreneur, pour des travaux afin de démolir un trottoir de béton qui longe la propriété.

C'est en manipulant les imposants débris, à l'aide de sa rétrocaveuse, familièrement appelée pépine, que l'entrepreneur remarque la forme singulière d'une stèle funéraire. Il avertit aussitôt la propriétaire de l'immeuble pour lui montrer la surprenante trouvaille.

Selon Richard Laforce, les travaux d'excavation permettent souvent de mettre à jour toutes sortes d'objets comme des enjoliveurs de roue, des pancartes, des débris métalliques. Mais c'est la première fois qu'il déterre un monument funéraire, avoue-t-il.

La stèle porte l'inscription « NAPOLEON BENOIT EPOUX DE ADELINA BENOIT 1875-1939 ». Informé de la découverte, Paul Shooner, de la Société historique de la région de Pierreville, décide de mener quelques recherches. « J'ai connu Napoléon Benoit », rappelle-t-il. Après vérification, M. Shooner constate qu'un nouveau monument remplace l'ancien, sur le lot familial, dans le cimetière de la paroisse Saint-Thomas. La nouvelle stèle est plus grande. Elle contient les noms de plusieurs personnes, souligne-t-il.

Une fois retirée de son socle, l'ancienne pierre tombale se retrouve au fond de la tranchée, dans laquelle on coule du béton pour faire un trottoir.

Depuis qu'elle a acheté cette propriété, en 2011, Louise Champagne y effectue des travaux de rénovation et d'amélioration, au fur et à mesure. Elle avoue apprécier sa demeure de plus en plus. « C'est la maison qui m'a choisie », se plaît-elle à dire. « L'endroit est agréable et j'aime échanger des anecdotes avec les gens. » Cette découverte viendra enrichir le récit de ses travaux.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES