L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

Greta Thumberg et le Pape François, même combat pour la maison commune

Une chose est certaine, si la question du climat n'entre pas dans nos assemblées chrétiennes et liturgiques, soyons assurés que les jeunes ne seront pas intéressés par nos discours religieux.

Par Lionel Émard, prêtre [23/09/2019]

Le 24 mai 2015, le Pape François publiait sa Lettre encyclique Laudato si Loué sois-tu sur la sauvegarde de la maison commune.

La Lettre du Pape François a été bien reçue des mouvements écologistes et d'une grande partie de la population, au point tel que l'expression « La maison commune », employée par le Pape François dans sa Lettre, est devenue un mot clé pour parler de notre terre. Certes, il y a eu quelques voix discordantes, le contraire aurait été surprenant.

Le 28 août 2018, en Suède, la jeune Greta Thumberg, qui n'a que 15 ans, décide de faire la grève de l'école pour que le gouvernement de Suède prenne au sérieux la question des changements climatiques ; l'engagement de Greta origine d'un événement très simple ; en mai 2018, elle gagne un concours d'écriture sur le climat ; son article est publié par Bo Thoren, un militant écologiste des premières heures en Suède. En septembre 2018, elle part le mouvement « La grève de l'école pour le climat. » Depuis ce temps, des milliers de jeunes, de plusieurs pays d'Europe et d'Amérique suivent la consigne de « La grève de l'école » les vendredis après-midi ; ici au Québec, spécialement à Montréal, la consigne a été assez bien suivie. Le vendredi 27 septembre prochain, c'est la planète entière qui est invitée à une grève mondiale pour le climat. Comme pour le Pape François, plusieurs ont approuvé l'engagement de Greta Thumberg, mais d'autres, dont il est préférable de taire leur nom, l'ont désavouée, et pour cause, elle dérange.

Une chose est certaine, si la question du climat n'entre pas dans nos assemblées chrétiennes et liturgiques, soyons assurés que les jeunes ne seront pas intéressés par nos discours religieux&#nbsp;; ils nous diront simplement : Continuez à vous occuper de 'vos affaires', nous, nous occuperons de la maison commune pour accueillir ceux et celles qui prendront au sérieux ces mots de la Parole de Dieu : Dieu vit tout ce qu'il avait fait : cela était très bon. (Genèse 1,31)

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES