L'annonceur

RÉGIONAL

Glissement de terrain sur le rang de l'Île à Pierreville

À peine quelques heures après l'événement, les élus étaient sur place pour constater les dégâts.

Glissement_de_terrainFrançois Bonnardel, ministre de la Sécurité publique, André Descôteaux, maire de Pierreville et Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour sur les lieux de l'affaissement, le 3 novembre dernier.
PHOTO ALAIN DUBOIS

Par Alain Dubois [10/11/2022]

La série de glissements de terrain sur le rang de l'Île à Pierreville a connu son plus important événement dans la nuit du lundi au mardi 1er novembre dernier. Rappelons qu'il y a plusieurs années, un premier affaissement s'était d'abord produit un peu plus loin, sur le même chemin, et fut rapidement pris en charge. À l'automne 2018, des travaux pour un glissement de moindre importance, survenu en 2016, étaient mis sur pause à la suite d'un incident sur le chantier. Une voie de contournement faisait partie du décor depuis... Aujourd'hui, toute trace de cela a disparu puisque le dernier glissement de terrain est d'un tout autre ordre de grandeur.

À peine quelques heures après l'événement, le député Donald Martel ainsi que le ministre de la Sécurité publique François Bonnardel et le maire André Descôteaux étaient sur place pour constater les dégâts et se montrer rassurant envers les citoyens sinistrés. Déjà ils estimaient que des travaux pouvaient être envisagés pour reconstruire la portion de route qui s'est effondrée dans la rivière Saint-François.

Les équipes de la Sécurité civile se sont immédiatement mis à l'œuvre pour effectuer des travaux de reconnaissance du site et des terrains environnants et lorsqu'un grand nombre de personnes se sont présentées pour aider les propriétaires évacués des deux maisons situées tout près du gouffre, ils ont autorisé l'accès au site pour une période limitée et ainsi permettre que les effets personnels récupérés ne se limitent pas qu'au strict essentiel.

Au moment d'écrire ces lignes, à peine une semaine après coup, il est difficile pour le maire André Descôteaux de se prononcer sur l'avenir. Malgré la volonté exprimée de tout remettre en état le plus rapidement possible, il n'en demeure pas moins que des études provenant de différents ministères seront nécessaires et des fonds devront être attribués pour aider la municipalité dans cette catastrophe naturelle. De leur côté, les sinistrés seront mis en contact avec des gens de la Sécurité civile pour les aider dans cette épreuve. Pour ce qui est de la possibilité qu'ils puissent un jour réintégrer leur résidence, le maire exprime un espoir prudent. Seules les études en cours pourront le déterminer.

Les inconvénients se sont également fait sentir pour plusieurs autres citoyens, naturellement. Des équipes d'intervention se sont empressées de rétablir les services d'électricité, d'aqueduc et de communication puisque toutes ces lignes de services furent sectionnées. De plus, comme l'accès à cette partie de l'île est maintenant limitée au pont du secteur Notre-Dame, ceci implique détour et complications pour les véhicules lourds et les machineries agricoles. Des rencontres sont en cours pour trouver des solutions pour accommoder tous ces gens. On peut penser à un chemin temporaire pour les machineries qui pourraient effectuer les récoltes en passant par le pont « Jules » notamment.

Chose certaine, les différents acteurs semblent vouloir intervenir pour que la situation revienne à la normale le plus rapidement possible.

Glissement_de_terrainVue aérienne d'une partie de l'affaissement.
PHOTO RAYMOND CÔTÉ

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

CHRONIQUE LIVRES

BOTTIN AFFAIRES