L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

Qui a droit à des funérailles chrétiennes ?

Comme catholiques, comment devons-nous accueillir cette directive des évêques de l'Ouest canadien à ses prêtres ?

Par Lionel Émard, prêtre [06/10/2016]

Les médias ont parlé abondamment de cette directive des évêques catholiques de l'Ouest canadien de ne pas offrir des funérailles chrétiennes aux personnes décédées après avoir reçu l'intervention de l'aide à mourir. Comme catholiques, comment devons-nous accueillir cette directive des évêques de l'Ouest canadien à ses prêtres ?

Au moment où j'écris ces lignes, je n'ai pas encore accès à la directive écrite des évêques de l'Ouest canadien; c'est important de dire cela; il faut regretter que les médias écrits ne nous renvoient pas à la directive; s'ils le faisaient nous serions en mesure de porter un jugement plus juste sur la directive des évêques. Tout indique que les évêques font une distinction entre suicide assisté et suicide tout court; ces évêques déclarent qu'un suicide assisté est une décision éclairée et voulue par la personne qui demande l'aide à mourir, ce qui n'est pas le cas pour la personne qui se suicide; sur quoi ces évêques s'appuient-ils pour affirmer une telle chose ? La personne qui souffre et sait que son état ira en s'empirant a-t-elle tout ce qu'il faut pour prendre une décision pleinement éclairée, pleinement libre, pleinement consciente ? Il peut y avoir tout cela dans sa décision, mais sont-elles pleinement ? Plusieurs évêques du Québec, dont les évêques de Montréal et de Québec, ont préféré s'en tenir à une réflexion plus pastorale, en cela, ils suivent la proposition du Pape François qui demande, dans son Exhortation apostolique La Joie de l'Amour, de faire preuve de discernement pastoral quand il s'agit des circonstances atténuantes (# 301-303); le Pape parlait pour la situation de personnes divorcées-remariées; pourquoi n'en serait-il pas ainsi pour les personnes décédées à la suite d'une intervention assistée ? De toute façon, c'est tout le chapitre8 de l'Exhortation apostolique, "Accompagner, discerner, et intégrer la fragilité" qui mérite d'être lue et réfléchie.

L'autre point à soulever est évidemment celui du jugement sur la conduite d'une autre personne. Qui suis-je pour juger de la conduite d'une personne, surtout de juger sur son sort final ? Serai-je plus grand que Dieu ? On dit que c'est Dieu qui juge, ce n'est pas tout-à-fait juste, c'est la personne qui se juge elle-même; comment pouvons-nous nous substituer à Jésus, lorsque lui-même dit : Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde pas, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde. (Jn 12, 47) Ne nous substituons pas à Dieu, laissons le jugement à Dieu; quand je refuse des funérailles chrétiennes à une personne, je me substitue à Dieu, même si j'affirme que je remets à la miséricorde cette personne décédée.

En décembre 2015, l'Assemblée des évêques catholiques du Québec ont adressé une Lettre pastorale sur le titre "Approcher de la mort avec le Christ"; la lettre pastorale est accompagnée d'un parcours de réflexion en 5 étapes. La lettre pastorale et le parcours de réflexion qui l'accompagne sont imprégnés d'une atmosphère de spiritualité biblique et chrétienne; les évêques ont mis en pratique cette recommandation de l'apôtre Pierre lorsqu'il s'agit de proposer le message évangélique : Que ce soit fait avec douceur et respect. (1 P 33, 16) Quand il s'agit de réfléchir sur les soins de fin de vie, toujours avoir à l'esprit que nous sommes en présence d'une personne souffrante, voire très souffrante; la loi et le jugement n'ont pas leur place, la compassion et l'accompagnement sont primordiaux, les évêques du Québec l'ont compris et l'enseignent; maintenant, la décision appartient à la personne; nous pouvons regretter sa décision, sûrement pas la juger en décidant si elle digne ou non de funérailles chrétiennes; contentons-nous de confier au Seigneur cette personne; il est sûrement meilleur juge que nous pouvons l'être.

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS