L'annonceur

LA TRIBUNE LIBRE

Les transfusions sanguines et les Témoins de Jéhovah

C'est un fait connu, on peut faire dire le pour et son contraire avec certains passages de la Bible.

Par Lionel Émard, prêtre [07/11/2016]

La question est simple : La Bible défend-t-elle la transfusion sanguine ?

A l'émission de 'Denis Lévesque' à TVA jeudi le 20 octobre dernier, le père et la fille, témoins de Jéhovah, ont avancé un texte des Actes des Apôtres 15, 20 pour appuyer leur affirmation que Dieu défendait la transfusion sanguine.

C'est un fait connu, on peut faire dire le pour et son contraire avec certains passages de la Bible ; pour y arriver, il s'agit de taire certains éléments qui ne vont pas dans le sens de notre idée ; pour contrer un subjectivisme outré, il faut tenir compte du contexte du passage cité et vérifier si d'autres passages de la Bible parlent du même sujet pour vérifier comment ils en parlent.

A propos du passage de la Bible : Écrivons-leur simplement de s'abstenir des souillures de l'idolâtrie, de l'immoralité, de la viande étouffée et du sang. (15, 20) Le contexte est simple à discerner, il s'agit de gestes posés dans un contexte religieux ; si ça vient de geste posé en l'intérieur d'un culte, abstenez-vous en ; l'apôtre Paul reviendra sur ce point à propos des viandes immolées aux idoles ; aux chrétiens de Corinthe qui lui demandaient comment ils devaient se comporter à propos des viandes immolées aux idoles : Ce n'est pas un aliment qui nous rapprochera de Dieu: si nous n'en mangeons pas, nous ne prendrons pas de retard ; si nous en mangeons, nous ne serons pas plus avancés. (1 Cor 9, 8) Dans un autre passage de la Bible, le même apôtre Paul, écrivant à son collaborateur Timothée, écrit : Ils (les séducteurs) proscriront l'usage de certains aliments, alors que Dieu les a créés pour que les fidèles... les prennent avec action de grâce. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien n'est à rejeter, si l'on prend avec action de grâce. (1 Ti 4, 4-3) Enfin, l'argument de base, venant de Jésus lui-même; à l'intérieur d'une discussion avec des Pharisiens, fervents observateurs des lois religieuses, Jésus leur reproche certaines lois qu'ils imposaient au peuple, à la fin il dit : Ne savez-vous pas que rien de ce qui pénètre de l'extérieur dans l'être humain ne peut le rendre impur... Il déclarait ainsi tous les aliments sont purs. (Marc 7, 19) Comprenne qui veut comprendre...

ÉDITIONS EN FORMAT PDF

BOTTIN AFFAIRES

PASSE-TEMPS